Texte à méditer :  En mars, les vaches au pré, si ce n'est pour manger, c'est pour s'y gratter.   

Prévisions Météo
Météo en temps réel
+ Activité orageuse
+ Cartes satellites
+ Cartes techniques
+ Cyclones
+ Neige - Froid
+ Observations du monde
+ Observations en Europe
+ Observations en France
+ Radars précipitations
Vigilance météo
Climatologie
Comprendre la météo
Conversions

Conversions en tous genres

Tableau de conversions

Boutiques météo
Soleil

Aujourd'hui
lever 07h26-coucher 18h38
demain
lever 07h24-coucher 18h39

Bienvenue sur Passion Météo


Les 3 dernières nouvelles


Météo : vigilance orange sur la Corse et les Landes - par Passion Météo le 04/03/2015 · 18:24

Source : RTL   www.rtl.fr/


Alors que la Corse est victime de vents violents, les Landes sont toujours en vigilance orange inondation en raison de la crue de l'Adour. Météo France a déclenché ce mercredi 4 mars la vigilance orange sur les deux départements de la Corse, soumis à des vents violents, et maintenu l'alerte orange sur les Landes, la crue de l'Adour poursuivant sa propagation dans le secteur de Dax.

En raison d'une forte tempête hivernale, des vents violents sont attendus sur le littoral du nord et de l'est de la Corse, ainsi qu'en montagne précise Météo France. Dans la nuit de mercredi à jeudi, les rafales atteindront 100 à 110km/h jusqu'à 120-130 km/h, voire temporairement 140 km/h en montagne et sur les caps les plus exposés.

À la suite aux précipitations marquées la semaine précédente, une crue de l'Adour poursuit sa lente propagation dans le secteur de Dax où les niveaux sont encore élevés mais où la très lente décrue est amorcée depuis le début de la semaine explique l'institut météorologique.

Des inondations importantes sont encore possible et les conditions de circulation peuvent être rendues difficiles sur l'ensemble du réseau.

.../...


Pourquoi les giboulées arrivent-elles en mars ? - par Passion Météo le 03/03/2015 · 19:56

Source : TF1   http://lci.tf1.fr/


Le mois de mars a débuté cette année avec les traditionnelles giboulées, des précipitations intenses et brèves. Analyse du phénomène avec un prévisionniste à Météo France. Pile à l'heure. Les premières giboulées sont tombées cette année lundi, juste pour l'entrée du mois de mars, conformément à l'expression consacrée.

Elles se sont traduites par des pluies soutenues, parfois accompagnées de grêle, de bourrasque, ou d'orages, sur des périodes courtes. Prévisionniste à Météo France, Jérôme Lecou explique à MYTF1News comment ce phénomène se crée et pourquoi il intervient toujours à la même période.


MYTF1News : comment se forment les giboulées ?
Jérôme Lecou : "Les giboulées, c'est un régime d'averse brève et brusque auquel est parfois associé de la grêle, de la neige et de bonnes bourrasques. Ce phénomène se crée lorsque l'on a des contrastes forts entre les descentes d'air froid de flux Nord ou Nord-Ouest, venant par exemple d'Islande, de la mer du Nord ou des îles Britanniques et les basses couches atmosphériques plus chaudes.

Cela crée des particules d'air qui s'élèvent, un peu comme lorsque que l'on chauffe de l'air pour faire monter une montgolfière, et génère des gros nuages bourgeonnants. Ces cumulus ou cumulonimbus produisent ensuite des cristaux de glace qui ne fondent pas toujours lorsqu'ils tombent et atteignent le sol. D'où la présence parfois de grêle".


Pourquoi les giboulées se produisent-elles souvent en mars ?

J.L. : "C'est très fréquent qu'elles se produisent en mars mais pas toujours. L'expression 'giboulées de mars' est un peu exagérée. En réalité, elles peuvent se produire aussi en avril, en mai voire même en février. Pour résumer, les giboulées sont un climat de transition entre la fin de l'hiver et le début du printemps. Il faut un effet saisonnier : de l'air hivernal avec des basses couches atmosphériques chaudes, mais pas autant qu'en été.

On peut très bien avoir des mois de mars plus chauds où l'on ne constate pas du tout de giboulées. Cela reste néanmoins un phénomène classique: chaque année, dans les trois mois (mars, avril et mai), il y a toujours au moins une période d'une semaine avec des giboulées en moyenne."


Que nous disent les giboulées sur le climat des prochaines semaines ?

J.L. : "Les giboulées, c'est un épisode qui ne dure que quelques jours. En l'occurrence, cette semaine, elles sont tombées lundi et vont durer jusqu'à environ jeudi. Après, on va basculer sur un flux anticyclonique, avec un climat sec et des températures à la hausse. Ce week-end, les après-midi seront ensoleillés et doux.

Attention toutefois, les giboulées ne nous renseignent en rien sur le printemps à venir. Elles ne sont pas annonciatrices de quoique ce soit et cela ne veut pas dire que l'épisode est terminé pour cette année. On peut très bien dans trois semaines repartir sur un nouveau flux Nord avec de nouvelles giboulées."

.../...


Météo : un mois de février 'frais' et un hiver 'de saison' - par Passion Météo le 02/03/2015 · 18:48

Source : Le Dauphiné.com   www.ledauphine.com/


L'hiver 2014-2015 s'est déroulé sans vague de froid, comme l'hiver précédent. Le ressenti global est tout de même très différent : le rail océanique quasiment continu de l'hiver 2013-14 ne s'est pas répété cette année. Si le froid sec continental n'est pas parvenu à s'installer, le flux de nord-ouest à nord a pu apporter de l'air frais voire modérément froid.

Cela a été le cas la majeure partie du mois de février qui compte 1 degré de déficit, avec des écarts négatifs plus creusés dans la partie sud. L'extrême nord est resté très proche des normales saisonnières. En plaine, le minimum du mois à été de -9,1 degrés à Grenoble le 3 février (-16,2 degrés à Mouthe le 8 février).


A l'opposé, on retrouve un maximum absolu de 19,1 degrés le 25 à Toulon. Les extrêmes sont donc peu marqués. Au final, après des mois de décembre et janvier un peu plus doux que la normale (+0,5 degré dans les deux cas) et un mois de février modérément déficitaire, l'hiver 2014-15 est dans les clous. Cette distribution thermique est d'ailleurs conforme aux tendances saisonnières établies six mois à l'avance par MeteoNews.

 Et les précipitations ? Février a été bien humide et arrosé. La France a reçu en moyenne 67 mm pour une normale de 55 mm, soit 22% d'excédent. Les basses pressions omniprésentes expliquent bien sûr cet excédent, qui reste assez modéré.

Février 2014 était beaucoup plus pluvieux (103 mm de moyenne nationale) et le record appartient au mois de février 1957 avec 114 mm. Les extrêmes du mois de février sont 20 mm à Strasbourg et 211 mm à Socoa (64).


La neige discrète en plaine

Si la neige a été discrète en plaine, comme les deux mois précédents d'ailleurs, elle a été très présente voire particulièrement abondante en montagne, notamment dans les Pyrénées où des cumuls exceptionnels ont causés de nombreux problèmes dans les stations de ski, difficiles d'accès et frappées par des avalanches.

Après un mois de décembre relativement sec et un mois de janvier plutôt humide, l'hiver 2014-15 comptabilise 203 mm de précipitations en moyenne nationale pour une normale de 199 mm, soit un chiffre habituel (2% d'excédent).

 Rappelons que l'hiver 2013-14 avait reçu 289 mm de pluie et que le record reste 306 mm en 1978-79. Bilan solaire Malgré assez peu de conditions anticycloniques, présentes du 5 au 12 et du 17 au 19, l'ensoleillement du mois de février a été correct : 104 heures de moyenne nationale pour une normale de 109 heures (moins de 5% de déficit). Les ciels de traînes et les quelques périodes anticycloniques ont suffi à sauver le bilan lumineux du mois de février.

 

Ce léger déficit se répète comme en décembre et janvier. Conséquence : notre hiver 2014-15 a été relativement peu ensoleillé avec 247 heures de soleil en France pour une normale de 274 heures, soit un déficit de près de 10%. C'est surtout décembre qui plombe un peu l'ambiance avec 20% de déficit. On reste tout de même loin de l'hiver 1950-51 et ses 211 heures de soleil seulement.

Un hiver classique, proche des normales saisonnières à tous points de vue (températures, précipitations et ensoleillement). Peu d'extrêmes puisqu'aucune vague de froid n'est arrivée jusqu'à la France.

 Peu de douceur excessive également en dehors de deux courtes périodes autour des 18 décembre et 10 janvier. Bref, un hiver finalement assez linéaire et peu neigeux en plaine. En revanche, après une première moitié difficile, l'or blanc est tombé en abondance en montagne après le 15 janvier, sauvant la saison touristique... mais si le trop-plein de neige a paralysé certaines stations pyrénéennes !

.../...


Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Carte de vigilance

Carte de vigilance Météo France

Animation satellite
Animation sat, cliquez pour plus de détails
Radar précipitations
Radar Météox  Cliquez sur l'image pour plus de détails
Détection orages
Activité électrique durant les 3 dernières heures sur l'Europe
Vos photos

Mer_nuages_Alpesim.jpg

^ Haut ^

© Passion-Meteo.net  2002-2015. Certificat N° 00039340

Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite et constituerait une contrefaçon sanctionnée par les articles L.335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.  


  Site créé avec GuppY v4.5.19 © 2004-2005 - Licence Libre CeCILL

Document généré en 0.65 seconde